Road-trip

Road-trip en Islande

Comme je suis contente de vous parler de ce Road-trip ! Malgré la visite de nombreux pays, ce périple reste un de mes coups de cœur. Dans cet article, je vous donne les bons conseils pour organiser votre voyage en voiture en Islande et je vous livre nos plus beaux moments.


A quelle période partir en Islande?  

Pour profiter pleinement des routes intérieures, je dirais entre juin et septembre. Le mieux est d’y aller à une période où toutes les routes sont encore ouvertes et pas encore enneigées. Nous y sommes allés fin août début septembre et cela me semble une période idéale même si il est toujours possible une petite tempête de neige surprise #cestduvecu.  
Début septembre, c’est le début des aurores boréales et la fin de la saison des baleines. C’est aussi une assez bonne période pour dormir dehors ou dans un véhicule. Dans les coins très touristiques, il peut y avoir beaucoup de monde, mais dès qu’on s’éloigne de la capitale, on se retrouve rapidement seuls avec les moutons. Le pied ! 

Combien coûte un Road-trip en Islande de 2 semaines ?  

Islande est connue pour être un pays assez cher. Cependant, la façon de voyager peut sacrément faire varier le budget. Nous avons passé 16 jours sur place et avons dépensé au total 4 218€ à 2. Oui ça pique mais c’est le prix à payer pour voir des trolls ! Voici la répartition de nos dépenses: 

  • 630€ pour le vol A/R à 2 avec la compagnie IslandAir  
  • 1 418€ pour la location de voiture avec Lagoon Car Rental
  • 1 137€ d’hébergement soit 75€/nuit
  • 789€ de repas  
  • 244€ pour l’essence, les musées, quelques souvenirs …  

Les deux plus gros postes de dépenses sont clairement : la location de voiture et l’hébergement. Il est bien sûr possible de faire moins cher ( ou plus cher ^^). Petite astuce pour faire des économies : acheter vos repas dans les supermarchés et cuisinez en auberge, privilégiez les auberges de jeunesses ou les Air bnb.

Faut-il louer un van, citadine, break ou 4×4 ?  

C’est une grande question … Pour y répondre, il faut se demander quels types d’activité vous voulez faire et si vous prêt à sacrifier un peu de confort. Voici quelques questions pour vous guider dans votre choix  : 

  • Est-ce que le plus important pour vous, c’est d’être totalement indépendant ? >> Van ou Break
  • Est-ce que vous souhaitez économiser des nuits d’hôtels en dormant dans votre véhicule ou avoir un peu de confort ?  >> Van
  • Est-ce que la saison vous permet de dormir dehors ?  >> Berline ou 4×4 
  • Est-ce que vous souhaitez conduire sur des routes accidentées ? >> 4×4
  • Est-ce que vous allez uniquement emprunter la route n°1 qui fait le tour de l’Islande ? >> Berline
  • Est-ce que vous avez un gros budget ? >> Il y a des alternatives vraiment sympas aux vans classiques. Vous pouvez louer les mégas 4×4 islandais ou des 4×4 qui se déploient pour offrir un couchage sur le dessus. C’est terriblement stylé mais horriblement cher ! 
Certes Mélanie est petite, mais ce van n’a rien de standard non plus !

 
Notre choix : Après une grande réflexion, nous avons opté pour un petit 4×4. On voulait pouvoir conduire sur toutes les routes et chemins de terre, passer les guais, gravir des montagnes bref être tout terrain. Vu la saison, on ne voulait pas prendre le risque de dormir dehors même si au final il a fait beau. Et ça fait quand même du bien de finir la journée dans un endroit chaud et de rencontrer d’autres voyageurs

Nous avions opter pour un Suzuki Jimny rouge et il a été parfait : Vraiment tout terrain, superbe tenue de route, très photogénique, et le gadget qui fait le petit plus : des sièges chauffants …  

C’est tellement agréable de voyager en voiture, de s’arrêter où l’on veut, de s’y réfugier quand il pleut des cordes, d’admirer le paysage en conduisant sur une route au bord de la mer

Si vous n’avez pas froid à yeux, on a aussi croisé des gens qui partaient en road-trip mais en vélo … ça doit être une expérience incroyable mais parcourir 150 km de ligne droite, face au vent, ça s’appelle aussi de la folie 🙂 

Conseil du conducteur:

Apprenez à bien connaitre votre véhicule avant d’attaquer des terrains difficiles et surtout, quand vous tomberez sur un obstacle, si vous ne le sentez pas n’y allez pas. Il serait dommage de gâcher une si belle aventure !

Ou louer son véhicule ?  

Le choix de l’agence est très important car en dépend la qualité des véhicule. Personne ne veut se retrouver en panne au fin fond de Islande sans réseau. En se renseignant sur les agences, on a lu des témoignages de voyageurs qui ont dû payer des frais supplémentaires dans les agences low cost, sous prétexte que la voiture avait des traces ou des éclats sur le pare brise.  Et malheureusement ça peut vite arriver en conduisant tout terrain ! Nous n’avions rien à redire sur l’agence Lagoon Car Rental. Le véhicule était en super état et le personnel de l’agence très professionnel. Nous n’avons rien eu à faire avant de rendre le véhicule, à part le niveau d’essence.

La conduite en Islande, c’est comment  ?

La route n°1 est en super état, surtout vu les conditions climatiques du pays ! En revanche, attention aux moutons. Ils sont partout, tout le temps et ils adorent traverser sans regarder 😁. 
Pour les autres petites routes, attention aux guais pour les débutants, ça peut être impressionnant et on a vu les 4×4 dans l’eau, immobilisés. On avait regardé un vidéo très instructive sur les spécificité de la conduite islandaise. Elle est digne des vidéos sur cassettes que l’on regardait à l’école, mais très utile :   

Conduite sur gravier, sommets de côte, fermeture des routes … c’est toujours intéressant de connaitre quelques principes, jetez-y un coup d’œil.

Conseil du conducteur:
N’oubliez pas de passer en 2 roues motrices sur route, vous consommerez moins 😉

Bon, et la question essentielle … On mange quoi en Islande ? 

Pour être honnête, c’est pas la régalade. Pour bien manger, il faut payer, cher, très cher. Dans tous les restaurants on retrouve des pizza et des burgers pour environ 20-30€. Du coup on a choisi de faire le plein en supérettes et de manger sur le pouce le midi et des pâtes le soir. C’est vrai, ça fait pas rêver, mais on en prend tellement plein la vue toute la journée, il faut bien faire des petites concessions 😉. Si vous avez du budget, il y a de quoi se régaler avec des plats typiques islandais composées principalement d’agneau ou de mouton. Attention, tout se mange en Islande : tête et testicules de moutons y compris.

Et sinon vous avez vu des Elfes ?  

On a cru en apercevoir de loin … Comme disent les Islandais, ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas qu’ils existent pas ! Je vous laisse méditer…

Nos plus beaux souvenirs :  

  1. Landmannalaugar : Le chemin pour y accéder est déjà une aventure. On passe par des champs de lave lunaire et d’autres paysages tous plus spectaculaires les uns que les autres. On passe aussi par des guais plus ou moins grand suivant la saison. Un conseil : keep calm et avancez doucement. Il est possible de faire de superbes randonnées dans le coin et les paysages sont fouuus ! Les couleurs, le reliefs … c’est vraiment magique. 
  2. LE musée ! Attention, le nom ne va pas vous donner envie, pourtant ce musée est génial : C’est le musée du Harang. Par un jour de pluie dans le nord de Islande, on est tombé sur ce musée et on a adoré. C’est un vrai voyage dans le temps. On visite les anciennes maisons des travailleurs comme s’ils étaient parti la veille. Tout est en l’état, la radio allumé, les tabliers aux portes manteaux. Des vidéos expliquent aussi comment la pêche a permis le développement du pays. Si vous êtes dans le coin, ne passez pas à coté !
  3. Balade à Vik : il est possible de faire un jolie balade sur les hauteurs de Vik. Au programme : vue panoramique + rencontre avec les montons, les macareux.
  4. Jokulsarlon : Imaginez un glacier qui s’effrite et laisse tomber d’énorme blocs de glaces dans un lac où vivent des otaries et des phoques. Les blocs de glace glissent dans l’eau pour rejoindre la mer à quelques centaines de mètres de là. Pour coroner le tout, c’est une plage de sable noir. C’est un spectacle sublime.  
  5. La nourriture : ah non, ça non ! … 

Un dernier conseils pour la route  : 

En plus des guides sur le pays, je vous conseille d’acheter sur place le petit Livre des islandais du temps Jadis. Les courts chapitres expliquent comment vivaient les Islandais de l’époque, leurs traditions, leurs croyances… C’est assez étonnant et cela aide à mieux comprendre la culture Islande. On se demande quand même comment ils ont pu vivre dans les conditions aussi rudes !

Conseil du conducteur:
Laissez votre copilote vous faire la lecture pendant les trajets, c’est beaucoup mieux que d’écouter la radio 😉 !

Des questions ? Posez-les nous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *